Top
Top 10 Teen Movie

Eh non ! Ce n’est pas un poisson d’avril. La rédaction du passeur critique a décidé de mettre à l’honneur le teen movie, communément appelé en français le film pour adolescents. Rien de bien compliqué pour ce genre aux codes strictes, les adolescents turgescents sont à la fois le sujet et la cible du dit genre. Le lieu de l’action est souvent le lycée, le fond du problème la découverte de la sexualité, l’opposition entre intellos et sportifs est aussi indispensable que la quête de la plus jolie fille du lycée est un leitmotiv. Le teen movie est aussi passionnant que le réalisateur qui le met en scène est doué. Voici donc le top 10 de la rédaction. 8 passeurs ont participé à l’élection de ce top.

1. Carrie de Brian De Palma (1976)
2. Rusty James de Francis Ford Coppola (1983)
3. Christine de John Carpenter (1983)
4. Retour vers le futur de Robert Zemeckis (1985)
5. Breakfast Club de John Hugues (1985)
6. Pump up the volume d’Allan Moyle (1990)
7. Porky’s  de Bob Clark (1982)
8. La fureur de vivre de Nicholas Ray (1955)
9. Scott Pilgrim d’Edward Wright (2010)
10. Kids de Larry Clark (1995)

Carrie : Les passeurs n’en sont plus à un coup fourré près ! Plébiscité à 6 reprises, Carrie emporte le trophée haut la main. Adapté d’un roman de Stephen King, le film de De Palma met en scène une Sissy Spacek dans le rôle de Carrie, jeune fille rejetée et humiliée par ses camarades alors qu’elle découvre ses règles et donc sa sexualité. Extrémisme religieux, télékinésie et vengeance sont au programme de ce teen movie horrifique entré dans la légende.

Rusty James : C’est également la douleur de l’adolescence qui est filmée en noir et blanc par Coppola. On y retrouve le jeune Matt Dillon, Diane Lane, Nicolas Cage, Mickey Rourke et Dennis Hopper en père violent et alcoolique. La sexualité n’est pas au centre du scénario mais bien la construction identitaire en miroir et l’école buissonnière dans ce qu’elle a de transgressif et fondateur.

Christine : Autre adaptation de Stephen King qui se retrouve dans le top 10. Plus apparenté au film d’horreur qu’au teen movie, il en épouse tout de même les codes puisqu’il raconte l’histoire d’un ado timide et complexé qui acquiert un Plymouth Fury rouge sang. Au volant de son bolide, il prend confiance et ose inviter la plus jolie fille du lycée au drive-in. La jeune femme va devenir la pire ennemie de la voiture…

Retour vers le futur : Celui-là aussi pourrait être rangé dans une autre catégorie, celle de la science-fiction, pourtant Marty Mc Fly est un ado typique des années 80 qui va tenter de réinventer un présent à ses parents en se projetant dans le passé. On y trouve également beaucoup de figures du teen movie classique, les joueurs de foot débiles, les excitantes pom-pom girls etc…

Breakfast Club : Le dieu du teen movie dans les années 80, c’est John Hugues ! On lui doit également La folle journée de Ferris Bueller, Une créature de rêve, Seize bougies pour Sam. Dans Breakfast Club, il réunit en retenue 5 adolescents que tout oppose, le cerveau, la reine de la promo, le délinquant, l’athlète et la détraquée. Film générationnel par excellence, Breakfast Club est porté par une énorme bande son composée des tubs de l’époque.

Pump-up the volume : Le mythe de l’ado timide, le nerd qui dépasse son handicap en s’inventant une personnalité. Mark Hunter (Christian Slater) devient l’animateur de radio pirate Harry La Trique et devient la coqueluche des filles du lycée qui fantasment sa voix avant de découvrir son identité.

Porky’s : Ah les années 80. On avait pas peur du ridicule à l’époque ! American Pie qui provoqua l’émoi avec une paire de seins doit tout au Porky’s de Bob Clark. Même combat qu’American Pie, il y est question d’une bande de mecs qui veulent perdre leur virginité. Au programme, blagues salaces et scatos, voyeurisme et bars à putes. Réjouissant !

La fureur de vivre : Le film de Nicholas Ray qui a fait de James Dean une légende est sans doute considéré comme le premier teen movie. Certes c’est un drame mais il met en scène l’ado rebelle dans toute sa splendeur. Il est comme souvent question d’un ado qui débarque dans un nouveau lycée et doit s’y faire une place. Jim Stark n’est par contre pas un nerd, c’est le bad boy incarné !

Scott Pilgrim : Pas vraiment ado le héros de cette comédie mais à 22 ans il doit conquérir le cœur de Ramona, la fille de ses rêves en affrontant les 7 ex maléfiques de cette dernière.

Kids : Kids de Larry Clark est un peu l’anti teen movie. Les ados n’y sont pas demeurés ou rebelles, ils sont largués. Alcoolique et droguée, la jeunesse de New-York qui y est représentée poursuit également une quête sexuelle à l’époque du VIH. L’absence d’humour et de légèreté du genre est contrebalancée par une crudité absolue, viol, pédophilie, drogue, violence… welcome to the 2000 !

 

Ce top a été réalisé avec la collaboration de Grégory Audermatte, Cyrille Falisse, Olivier Grinaert, Manuel Haas, Lucien  Halflants, Frédéric Mercier, Jérôme Sivien et Daniel Rezzo.

Réalisateur : (Indisponible)

Acteurs : (Indisponible)

Durée : (durée indisponible)

Date de sortie FR : (date indisponible)
Date de sortie BE : (date indisponible)
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :
Critique mise en ligne le 01 Avril 2013

AUTEUR
Cyrille Falisse
[826] articles publiés

Créateur et rédacteur en chef du site, j'ai toujours eu deux maîtresses : l'écr...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES