Edito
Les Pronostics Cannes 2014

Avons-nous du flair comme ce chien sur les marches de Cannes? 

Ne dérogeons pas à la tradition. Tous les cinéphiles ayant gardé une affection particulière pour le plus grand festival de cinéma au monde ne pourront pas s’empêcher de jouer aux pronostics avant l’annonce des sélections officielles.  C’est surtout l’occasion de faire le point sur les films attendus qui pourraient faire l’évènement ces prochains mois, à Cannes ou non.


AMERIQUES

Bien placé dans la course, le fidèle David Cronenberg serait de retour avec Maps to the Stars, son film sur les démons de Hollywood avec Robert Pattinson, Mia Wasikowska et Julianne Moore. Les excès du star-system hollywoodien seraient également au cœur de Knight of Cups, l’un des trois prochains Terrence Malick, dont la présence semble évidemment plus incertaine malgré un casting incroyable (avec en tête Christian Bale et Natalie Portman) qui garantirait une mémorable montée des marches.

Toujours sur le même thème de la célébrité (décidément !), The Birdman d’Alejandro Gonzalez Inarritu devrait permettre à Michael Keaton de faire un spectaculaire come-back dans un rôle qui semble lui ressembler.  Jugez plutôt le pitch : un acteur has been, connu pour avoir incarné un célèbre super-héros, monte une pièce à Broadway dans l'espoir de renouer avec sa gloire passée. Dans les seconds rôles, on devrait retrouver Naomi Watts, Zach Galifianakis et Emma Stone.

On pourrait également retrouver Foxcatcher, la nouvelle production de Megan Ellison, qui relate l’histoire vraie de l’assassinat d’un champion olympique par son coach déséquilibré. Bien loin de son registre comique, Steve Carell devrait créer la surprise dans ce 3ème film de Bennett Miller, où on retrouvera aussi Channing Tatum et Mark Ruffalo.

On aurait aussi pu rêver du prochain Paul Thomas Anderson, Inherent Vice, adaptation d’un polar de Thomas Pynchon situé dans les années 70 avec Joaquin Phoenix en détective privé très hippie. Mais la date de sortie étant fixée en décembre, cette fresque pop et virtuose semble plutôt viser Venise-Toronto pour mieux buzzer aux Oscars.  Idem pour Big Eyes, le nouveau film de Tim Burton et How to Catch a Monster, la première réalisation de Ryan Gosling, dont la présence est loin d’être garantie…    Enfin, Jane Got a Gun de Gavin O’Connor pourrait bénéficier de la présence de Natalie Portman et Ewan McGregor.   Un seul souhait : ne pas subir la nouvelle arnaque de l’insupportable James Franco qui se croit capable d’adapter tous les auteurs américains, de Steinbeck à Bukowski en passant par Faulkner.

Beaucoup plus probables (en HC ou sélection parallèle) serait la présence de :
- Jersey Boys de Clint Eastwood sur l’ascension du groupe mythique « The Four Seasons » et leurs tubes emblématiques des années 60.  
- The Smell of Us  de Larry Clark, sur un groupe de skateurs parisiens qui se retrouvent tous les jours au Dôme derrière le Musée d'Art Moderne.
- Welcome to New York  d’Abel Ferrara, sur la fameuse affaire DSK, avec Gérard Depardieu dans le rôle-titre et Jacqueline Bisset en Anne Sinclair. Ce qui ferait un beau timing tout juste 3 ans après.
- The Drop de Michael R. Roskam, le jeune cinéaste belge qui s’était fait remarquer avec Bullhead et qui adapte ici un scénario de Dennis Lehane en s’entourant d’un casting en béton (Tom Hardy, Noomi Rapace et le regretté James Gandolfini).

Enfin, le casting de X-Men : Days of Future Past, qui sort pendant le festival de Cannes, ferait un tapis rouge d’anthologie pour une présentation en hors-compétition. Sinon, les amoureux de Jennifer Lawrence pourront peut-être compter sur Serena de Susanne Bier.
Du côté des canadiens, Denys Arcand pourrait aussi revenir avec Deux Nuits, récit d’un triangle amoureux avec Mélanie Thierry, Eric Bruneau et Marie-Josée Croze. Enfin, espérons que Mommy scelle la réconciliation de Xavier Dolan avec le festival de Cannes. Son actrice fétiche Anne Dorval tient le rôle-titre de la mère qui se voit confier la garde d'un enfant difficile, ayant déjà fait le tour des institutions.
Beaucoup plus difficiles sont les prédictions sur les films venant d’Amérique du Sud, malgré leur bonne santé dans les festivals.  Le fameux film que Lisandro Alonso a tourné avec Viggo Mortensen pourrait embellir la Quinzaine, ainsi que Paradise Lost d’Andreo Di Stefano, avec Benicio Del Toro en Pablo Escobar.

Outsiders :
While We’re Young de Noah Baumbach avec Ben Stiller et Amanda Seyfried
The Homesman de Tommy Lee Jones avec Hilary Swank
The Captive d’Atom Egoyan avec Ryan Reynolds
Wild de Jean-Marc Vallée avec Reese Witherspoon

FRANCE

Comme chaque année, c’est l’embouteillage pour tous les cinéastes français qui rêvent d’être présents à Cannes, mais qui risquent souvent d’être recalés ou de ne pas se contenter d’une présence à Un Certain Regard.  Voyons un peu la liste des prétendants au garde-à-vous .

-Bird People de Pascale Ferran, intrigante tentative de description du monde d’aujourd’hui  dans une zone aéroportuaire où pourrait surgir le surnaturel, avec Anaïs Demoustier et Josh Charles.
-L’Homme que l’on aimait trop d’André Téchiné , qui s’inspire cette fois de l'affaire Agnès Le Roux, avec Catherine Deneuve, Guillaume Canet et Adèle Haenel .
- La Chambre Bleue de et avec Mathieu Amalric, adaptation du roman noir sentimental de Georges Simenon, avec aussi Léa Drucker et Laurent Poitrenaux.
- Bande de Filles de Céline Sciamma qui traitera une fois de plus du thème de l’adolescence, sur un mode plus sauvage cette fois (les codes de la rue, la transgression d’interdits).
- Eden de Mia Hansen-Love, sur l’émergence de la french touch électronique dans les années 90, à travers le parcours sentimental d'un DJ, avec un casting très hétéroclite (Félix de Givry et Pauline Etienne y croisent Vincent Macaigne et Greta Gerwig)
- Le Fil d’Ariane, de Robert Guédiguian, bien évidemment tourné à Marseille avec son trio d’acteurs fétiches (Ascaride, Darroussin, Meylan) ainsi qu’Adrien Jolivet et Anaïs Demoustier, déjà dans son précédent film.
- Clouds of Sils Maria d’Olivier Assayas, sur la fascination d'une actrice (Juliette Binoche) pour une comédienne plus jeune (Chloe Grace Moretz) au moment où celle-ci reprend le personnage qui l'avait rendue célèbre. Kristen Stewart est aussi de la partie.
- Métamorphoses de Christophe Honoré, une adaptation contemporaine des "Métamorphoses" d'Ovide, avec un casting de jeunes comédiens, ferait un beau film d’ouverture pour la Quinzaine.
- La Rançon de la Gloire de Xavier Beauvois, qui signe sa première vraie comédie avec Benoit Poelvoorde et Roschdy Zem qui préparent le kidnapping du cercueil de … Charlie Chaplin.
-  Trois Coeurs de Benoit Jacquot, un mélodrame sentimental où Benoit Poelvoorde (encore lui !) entoure un beau casting féminin composé de Charlotte Gainsbourg, Catherine Deneuve et Chiara Mastroianni.

On pourrait également évoquer The Search de Michel Hazanavicius, gros virage à 180° pour ce remake des « Anges Marqués » de Fred Zinnemann, transposé dans le cadre de la seconde guerre de Tchétchénie, avec Bérénice Bejo et Annette Bening. Mais on ignore encore si ce film pourra être prêt à temps. Les mêmes doutes entourent également Retour à Ithaque de Laurent Cantet, qui a été tourné à Cuba avec de jeunes acteurs locaux, ainsi que le très attendu Saint-Laurent de Bertrand Bonello, dont la sortie prévue en mai a soudain été repoussée.

Colt 45 de Fabrice du Welz ferait une bonne séance de minuit. Produit par Thomas Langmann, photographié par Benoit Debie, ce polar burné avec Gérard Lanvin et JoeyStarr  tourne autour d’une féroce guerre des polices embourbée dans une spirale de violence. 

Quant à la Quinzaine, elle a déjà prouvé avec Sattouf, Lvovsky et Gallienne qu’elle était un bon tremplin à buzz pour les comédies françaises. Parions donc sur la présence de Tristesse Club (le titre dit tout)  de Vincent Mariette, qui réunit Laurent Laffitte, Vincent Macaigne et Ludivine Sagnier, ainsi que Hippocrate de Thomas Lilti, où Vincent Lacoste incarne un bien ambitieux interne en médecine, et Etats de Femmes de Katia Lewkowicz, sur la modernisation de femme du XXIème siècle, avec Laura Smet, Marina Foïs et Noémie Lvovsky.

Du côté des jeunes cinéastes français prometteurs, souvent plus présents en sélections parallèles qu’en compétition, surveillons Mercuriales, le premier vrai long métrage de Virgil Vernier.  Les Mercuriales sont ces deux tours jumelles situées Porte de Bagnolet. C’est dans ce paysage urbain qu’évolueront les jeunes personnages du film dont les illusions se heurtent à la réalité de la société française d’aujourd’hui.

Il ne serait pas non plus impossible de retrouver à la SIC le premier long métrage de Marianne Tardieu, Qui vive, avec son casting très hype (Adèle Exarchopoulos, Reda Kateb et Rashid Debbouze) ainsi que Bébé Tigre de Cyprien Vial, co-écrit par Céline Sciamma.  A surveiller aussi Terre battue, le premier long de Stéphane Demoustier (frère d’Anaïs), avec  Olivier Gourmet et Valeria Bruni-Tedeschi, sur les destins parallèles d’un père et de son fils dans le milieu du tennis.
Notons aussi que cela fait un bon moment qu’on est sans nouvelles du second métrage de Djinn Carrénard, Faire l’amour.

Outsiders :
Gaby Baby Doll de Sophie Letourneur avec Lolita Chammah et Benjamin Biolay.
Le Dernier Coup de Marteau d’Alix Delaporte avec Clotilde Hesme et Gregory Gadebois.
Qu’Allah bénisse la France de Abd Di Malik.
Mon amie Victoria de Jean-Paul Civeyrac avec Pascal Greggory et Catherine Mouchet.
Les combattants de Thomas Cailley avec Adèle Haenel.

EUROPE

Difficile d’imaginer un festival de Cannes sans les frères Dardenne, surtout qu’ils semblent être prêts avec Deux Jours, Une Nuit.  Le pitch sent bon la tension sociale : « Une femme, avec l'aide de son mari, n'a qu'un week-end pour aller voir ses collègues et les convaincre de renoncer à leur prime pour qu'elle puisse conserver son emploi. » Le couple est incarné par Marion Cotillard et Fabrizio Rongione.

Côté grands habitués, nous pouvons sans aucun doute compter sur Sommeil d’Hiver de Nuri Bilge Ceylan (dont la sortie est prévue en août), sur Leviathan d’Andrei Zvyagintsev et The Cut de Fatih Akin avec Tahar Rahim, dont le contenu reste encore mystérieux.

On ne serait pas non plus surpris de retrouver Jimmy’s Hall de Ken Loach, que lui-même a annoncé comme étant son tout dernier film de fiction. Ce drame historique situé au début du XXème siècle évoque le destin d’un leader communiste irlandais qui finira déporté en Amérique. Enfin, la paire Mike Leigh - Timothy Spall pourrait revenir avec Mr. Turner, évocation du célèbre peintre J.M.W. Turner.

En ces temps où Ingmar Bergman fait l’honneur de nombreuses reéditions, Mademoiselle Julie devrait marquer le retour de Liv Ullmann quatorze ans après Infidèle. Cette adaptation de la pièce d’August Strindberg pourrait permettre à Jessica Chastain de viser un prix d’interprétation féminine.

Sont également attendus Christian Petzold avec Phoenix, toujours avec Nina Hoss et Ronald Zehrfeld. Il racontera l'histoire, après la Seconde Guerre Mondiale, d'une femme qui a survécu à l'Holocauste et qui revient chez elle sous une nouvelle identité.

Le russe Alexandre Sokourov pourrait présenter Francofonia, son documentaire historique tourné au musée du Louvre, avec Louis-Do de Lancquesaing (dans le rôle du guide ?).

Les amoureux de Godard pourraient enfin découvrir en séance spéciale Adieu au Langage, son film en 3D sur un chien qui parle, même si on doute que ses « problèmes de type grec » ne soient toujours pas réglés pour garantir sa venue sur place.

Outsiders :
Far From the Madding Crowd de Thomas Vinterberg avec Juno Temple
Queen and Country de John Boorman
Child 44 de Daniel Espinosa avec Tom Hardy et Joel Kinnaman
On the Milky Road d’Emir Kusturica avec Monica Bellucci
Everything will be Fine de Wim Wenders avec James Franco
Xenia de Panos H.Koutras
Learning to Drive d’isabel Coixet avec Ben Kingsley et Patricia Clarkson

Moyen-Orient

L’israélien Nadav Lapid devrait confirmer son talent avec L’Institutrice, qui aborde les mêmes thèmes que Le Policier (idéalisme, révolte, folie et résistance) mais d’une manière beaucoup plus dramatique, romanesque et universelle. 

Afrique

Pas grand-chose à trouver mais on peut au moins compter sur Le Chagrin des Oiseaux du mauritanien Abderrahmane Sissako.

Asie – Océanie

La plus grande incertitude entoure la finition du montage de The Assassin de Hou Hsiao-Hsien, qui a enfin terminé en janvier son tournage épique et légendaire, ponctué de deux interruptions en trois ans pour cause de problèmes de budget. Ce film d’arts martiaux avec Shu Qi et Chang Cheh alimente déjà tous les fantasmes des cinéphiles et serait un sacré évènement si sa présence cannoise est confirmée, même si des rumeurs prudentes le prédisent plutôt pour Cannes 2015.
Même si les chances sont également très minces, voire même inexistantes,  on croise aussi les doigts pour The Crossing de John Woo, avec Zhang Ziyi et Takeshi Kaneshiro, une épopée historique annoncé comme un « Titanic made in China »  sur les destins tragiques de trois couples originaires de milieux différents.
Parions plutôt sur la présence d’un nouveau film de Hong SangSoo qui n’a pas besoin d’une longue post-production pour terminer ses films. Comptons aussi sur le singapourien Eric Khoo avec The Charming Rose, un biopic de Rose Chan, une stripteaseuse célèbre pour ses numéros avec des serpents.
Du côté japonais, Naomi Kawase devrait  présenter le mystérieux Still the Water où un petit garçon découvre, lors d'une nuit de pleine lune, un cadavre à la mer.  
Enfin, le désert australien devrait être à l’honneur avec The Rover de la valeur montante David Michôd, un violent western d’anticipation avec Robert Pattinson et Guy Pearce qui ferait une belle séance de minuit.

Outsiders :
Coming Home de Zhang Yimou
Kuime de Takashi Miike 

Réalisateur : (Indisponible)

Acteurs : (Indisponible)

Durée : (durée indisponible)

Date de sortie FR : (date indisponible)
Date de sortie BE : (date indisponible)
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :

CinemaNorvegien
02 Mars 2014 à 20h47

Perso, je rêve de 1001 gram de Bent Hamer ??
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 28 Février 2014

AUTEUR
Viguen Shirvanian
[39] articles publiés

Insatiable cinéphage qui aime les grands mélos lyriques, la Nouvelle Vague française, le pinku...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES