Sorties DVD et Blu-ray
The Cloverfield Paradox

Après un film en caméra embarquée dans un New York dévasté et un huis clos souterrain énigmatique, la saga Cloverfield – produite par le prolifique J.J. Abrams – continue l’exploration de son univers étendu et de ses ramifications fantastiques.
Cette fois-ci, l’intrigue se joue dans une station spatiale où une équipe de scientifiques tente de faire fonctionner un accélérateur de particules depuis l’espace pour engendrer des ressources énergétiques illimitées sur la planète. Seulement, la terre se met subitement à disparaître (en même temps que le scénario) au cours d’un essai qui tourne mal. La station est maintenant à la dérive, au milieu de nulle part, dans une nouvelle dimension.

Dans un premier temps, cet équipage aux différentes nationalités, face aux difficultés, suggère un conflit géopolitique en vase clos avant de bifurquer vers le grand-guignol. L’architecture en anneaux du vaisseau fait penser à la narration inepte qui tourne en boucle sur elle-même : péripéties sans intérêt et rebattues, visions obliques de l’intérieur des couloirs pour signifier l’anormalité. Le montage alterné effectue des retours sur Terre – elle aussi en mauvaise posture –, ce qui provoque une arythmie et une annihilation de toute claustrophobie véhiculée par l’espace réduit du bâtiment.

Le long métrage est un mimétisme peu convaincant et une mosaïque de tout ce qu’on a déjà vu dans la science-fiction contemporaine : infection corporelle (Prometheus) ; problématiques d’espace-temps (Interstellar) ; envolées horrifiques (Life). Le premier Cloverfield de Matt Reeves avait la nouveauté formelle du found footage et le goût du mystère là où 10 Cloverfield Lane de Dan Trachtenberg avait l’ambiguïté et des personnages cohérents. Rien de tout cela dans ce nouvel opus, mis en scène par Julius Onah, qui partage de nombreuses similitudes avec un épisode de la série Black Mirror (les dangers de la technologie) ou de La Quatrième dimension. Sorti inopinément sur Netflix dans un brillant coup marketing, The Cloverfield Paradox a en effet l’ambition artistique d’un objet télévisuel.

Durée : 01h42

Date de sortie FR : 04-02-2018
Date de sortie BE : 04-02-2018
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 07 Février 2018

AUTEUR
William Le Personnic
[29] articles publiés

Amoureux du cinéma et de l’art pour mieux comprendre le monde, veilleur et archiviste de l’image, c...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES