Critique de film
Room 237

La première chose qui me vient à l’esprit en regardant le documentaire Room 237 c’est ô combien Stanley Kubrick nous manque. Qui mieux que lui pouvait transcender à ce point l’expérience de spectateur en truffant ses films de mille et une pistes d’interprétation ? Le documentaire de Rodney Ascher donne la parole à cinq intervenants spécialistes ou véritables obsessionnels de l’œuvre horrifique de Kubrick, Shining. A tour de rôle, on leur donne la parole sans jamais montrer leurs visages, les propos sont illustrés par des images de films ou par la transposition littérale de l’extrait de film cité par l’intervenant. C’est évidemment passionnant d’assister à cette grande investigation du sens caché de l’œuvre mais si toutes les théories sont accueillies avec le plus grand respect, elles n’ont toutefois pas toutes la même valeur analytique.

Trois théories se détachent parmi les cinq, celle voyant comme thème principal du film le génocide des indiens d’Amérique, celle préférant plutôt une illustration du génocide juif préconisée par l’historien du groupe et enfin la plus célèbre, la conspirationniste projetant sur les images du film l’aveu masqué de Stanley quant à l'éventuelle mise en scène de l’atterrissage sur la lune d’Apollo 11. Il faut bien reconnaître que certaines explications se tiennent et la preuve par l’image sème un doute indéniable. A côté de ses trois pistes explicatives se retrouvent pêle-mêle des analyses hilarantes de la présence d’un Minautore dans le film ou encore du visage de Stanley Kubric se détachant dans les nuages de la scène introductive.

Le plus passionnant étant évidemment de voir la frénésie cinéphile de ses obsédés de Shining qui analysent avec force de ralentis la nature brute du film. Certains allant même jusqu’à visionner le film en arrière en le projetant sur la lecture normale du film pour conclure à un sens caché et mystique du film. On rit beaucoup, on est abasourdi souvent par la certitude des propos, admiratif aussi devant le sens de l’observation des intervenants. Rodney Ascher a été extrêmement inspiré de ne pas montrer les cinq aficionados et de laisser la prodigieuse symétrie des plans exprimer toute sa force. Si l’œuvre de Kubrick se prête merveilleusement à ce type d’exercice, on se plaît à imaginer la création d’autres documentaires du genre pour explorer les chefs d’œuvre du cinéma à l’instar de Room 237. Une chose est sûre, on ne regardera plus jamais Shining de la même manière. 

Présenté dans le cadre de l'Etrange Festival

Réalisateur : Rodney Ascher

Acteurs : (Indisponible)

Durée : 1h44

Date de sortie FR : 19-06-2013
Date de sortie BE : (date indisponible)
PAR LE MÊME RÉALISATEUR
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :

RenSarr
14 Septembre 2012 à 14h02

Et la présentation de Gaspard Noé valait le détour ou c'était tout à fait classique ?
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 12 Septembre 2012

AUTEUR
Cyrille Falisse
[981] articles publiés

Créateur et rédacteur en chef du site, j'ai toujours eu deux maîtresses : l'écr...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES