Critique de film
Faute d'amour

Peut-on vivre sans amour ? Le nouveau film d'Andreï Zviaguintsev (Léviathan, Elena), radiographie d’une famille en crise (d’humanité) dans la Russie capitaliste d’aujourd’hui, est certainement la chose la plus cruelle que nous ayons vue au cinéma cette année. Prix du Jury au Festival de Cannes 2017, Faute d’amour est un film de monstres et de fantôme. Monstres d’une société indifférente, déshumanisée. Fantôme d’un enfant qui hante les trois quarts du film suite à sa disparition. Une disparition filmée à la dérobée comme le mouvement de fuite d’un gamin qui tente de s’échapper de la gueule du monstre (comme le laissait déjà entendre la cavalcade de notes au piano accompagnant le générique inaugural). Le film ne cessera ensuite de chercher, dans ses plans-séquences assez sublimes, d’une remarquable fluidité, les traces de cet amour. Vainement.

Quoi de plus cruel qu’une mère disant de son fils : « Quand je le regarde, je me dis que j’ai commis l’irréparable » ? Pour rendre palpable l’indifférence (sentiment finalement assez diffus), Andreï Zviaguintsev joue sur le temps, cet intervalle interminable entre la disparition effective de l’enfant et la révélation de cette disparition.

Somptueux et glaçant, Faute d’amour est un grand film sur le mal qui ronge nos sociétés modernes : la disparition progressive des sentiments, de ce qui nous lie. Jusqu’à ce plan sublime et ambigu sur cette mère (Marianna Spivak, remarquable dans son premier rôle au cinéma), où la caméra se rapproche une dernière fois de son visage à la recherche d’une trace d’émotion.

Andreï Zviaguintsev: « Dès lors que le pays où l’on vit n’est pas un pays libre, qu’on y étouffe, qu’on y est à l’étroit, qu’on ne donne pas aux gens la possibilité de se développer, de vivre paisiblement, confortablement, protégés par des lois, il va de soi que cela a un impact sur nos actes. »

N.B.: DANS LES JOURS À VENIR, "FAUTE D'AMOUR" SERA AU PROGRAMME DU PROCHAIN NUMERO DE "TRANSMISSION", NOTRE PODCAST AUDIO.

Durée : 2h08

Date de sortie FR : 20-09-2017
Date de sortie BE : 27-09-2017
PAR LE MÊME RÉALISATEUR
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 03 Octobre 2017

AUTEUR
Guillaume Saki
[23] articles publiés

« Le cinéma, qui est une interprétation idéalisée de la vie, est lui-même sujet ...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES